« Autres villes

         
Le site des sorties entre amis et rencontres amicales dans ta ville.
Nos Bons Plans »
Vacances inter OVS »
Grâce à ton aide, le site restera sympathique comme tu l'aimes !

Quel problème veux-tu soumettre à la communauté ?

Photo



Descriptif du profil


Humeur
(pornocrate du phonographe)



Guilohm  
Clique pour voir la géolocalisation du membre

Clique pour agrandir

pornocrate du phonographe
Mon humeur du moment en vidéo :)
Date d'inscription
13 Novembre 2016

Dernière reconnexion
15 Juillet 2018 - 13h06

Membre certifié  par
Patricia06

Ses sorties favorites
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Fiabilité
0 16 0 0
  100%
Infos perso
Classements
Prénom : Guillaume
Sexe : Homme
Situation : Célibataire, sans enfant
Date de naissance : 07 Aoû 1970 (47 ans)
Localisation : La Baule-Escoublac

Les + populaires !n°83 (-2)
Eux= toujours partantsn°129 (+5)
Ils ont plein d'idées ;)n°192 (-1)
Y a pas plus ouverts !n°197 (-1)
Son petit mot

 

Oser ne pas penser comme les autres

 

Ne pas penser comme les autres vous met dans une situation bien désagréable. Ne pas penser comme les autres, cela veut dire simplement que l’on pense. Les autres, qui croient penser, adoptent, en fait, sans réfléchir, les slogans qui circulent, ou bien, ils sont la proie de passions dévorantes qu’ils se refusent d’analyser. Pourquoi refusent-ils, ces autres, de démonter les systèmes de clichés, les cristallisations de clichés qui constituent leur philosophie toute faite, comme des vêtements de confection ?

En premier lieu, évidemment, parce que les idées reçues servent leurs intérêts ou leurs impulsions, parce que cela donne bonne conscience et justifie leurs agissements. Nous savons tous que l’on peut commettre les crimes les plus abominables au nom d’une cause «noble et généreuse».

Il y  a aussi les cas de ceux, nombreux, qui n’ont pas le courage de ne pas avoir «des idées comme tout le monde, ou des réactions communes». Cela est d’autant plus ennuyeux que c’est, presque toujours, le solitaire qui  a raison. C’est une poignée de quelques hommes, méconnus, isolés au départ, qui change la face du monde. La minorité devient la majorité. Lorsque les «quelques-uns» sont devenus les plus nombreux et les plus écoutés, c’est à ce moment là que la vérité est faussée.

Depuis toujours, j’ai l’habitude de penser contre les autres. Lycéen, puis étudiant, je polémiquais avec mes professeurs et mes camarades. J’essayais de critiquer, je refusais «les grandes pensées» que l’on voulait me fourrer dans la tête ou l’estomac, il y a à cela, sans doute, des raisons psychologiques dont je suis conscient. De toute manière, je suis heureux d’être comme je suis. Ainsi donc, je suis vraiment un solitaire parce que je n’accepte pas d’avoir les idées des autres.

Mais qui sont « les autres » ? Suis-je seul ? Est-ce qu’il y a des solitaires ?

En fait, les autres ce sont les gens de votre milieu. Ce milieu peut même constituer une minorité qui est, pour vous, tout le monde. Si vous vivez dans cette «minorité», cette «minorité» exerce, sur celui qui ne pense pas comme elle, un dramatique terrorisme intellectuel et sentimental, une oppression à peu près insoutenable. Il m’est arrivé, quelque fois, par fatigue, par angoisse, de désirer et d’essayer de « penser » comme les autres.

Finalement, mon tempérament m’a empêché de céder à ce genre de tentation. J’aurais été brisé, finalement, si je ne m’étais pas aperçu que, en réalité, je n’étais pas seul. Il me suffisait de changer de milieu, voire de pays, pour y trouver des frères, des solitaires qui sentaient et réagissaient comme moi. Souvent, rompant avec le « tout le monde » de mon milieu restreint, j’ai rencontré de très nombreux «solitaires» appartenant à ce qu’on appelle à juste raison, la majorité silencieuse.

Il est très difficile de savoir où se trouve la minorité, où se trouve la majorité, difficile également de savoir si on est en avant ou en arrière. Combien de personnes, de classes sociales les plus différentes, ne se sont-elles reconnues en moi ?

Nous ne sommes donc pas seuls. Je dis cela pour encourager les solitaires, c’est-à-dire ceux qui se sentent égarés dans leur milieu. Mais alors, si les solitaires sont nombreux, s’il y  a peut-être même une majorité de solitaires, cette majorité a-t-elle toujours raison ? Cette pensée me donne le vertige. Je reste tout de même convaincu que l’on a raison de s’opposer à son milieu.

 

 

 

Eugène Ionesco – issu du recueil « Antidotes », paru en 1977.

__________________________

 

lovebot, la radio discrète


 

    Pour :
  • Lui envoyer un message privé
  • Voir la liste de ses futures sorties
  • Savoir si tu l'as déjà croisé lors d'une sortie

  • Connecte-toi !
Pros : créez & placez votre publicité ici »

« Voir les autres

Viens discuter sur le forum


0.0547s